Bataille d'Orthez - 27 février 1814

 

Accueil

Le lieu

Le récit

Les cartes

Les troupes

Les hommes

Les ordres/rapports

Les témoignages

Reliques et documents

Iconographie

Les ouvrages

Les liens

Contacts

Livre d'Or

 

 

Aile Droite


Lieutenant-Général (général de Division) 
Honoré Reille
Aides de Camp : Chef d'escadron Molino de  Saint-Yon et Capitaine Desrivaux

Chef d'état-major : Adjudant-commandant De Lachasse de Vérigny
Employé à l'état-major : Capitaine Hierlhes et Lieutenant Buroni

Commandant d'artillerie : Chef d'escadron Blanzat,
Garde : Wolff
Commandant le génie : Colonel Fuchereau de Saint-Denis



Artillerie:
  • Commandant Blanzat : 24 pièces

4ème Division

Général de Division Eloi Taupin




Aide de Camp:  Capitaine Frain

Chef d'état-major : Adjudant-commandant Coulon (blessé à Orthez)
Adjoint : Capitaine Floricous (ou Flouricourt)
Commandant le génie : Lagrange Chancel
Sous-inspecteur aux revues : Busca
Adjoint aux commissaires de guerre : Graël


Brigade Rey



Aide de Camp : Capitaine Berard

12ème LE (2 bat) : Col Mouttet

  • 1er bataillon : Lamorlette (blessé à Orthez)
  • 2ème bataillon : Delatude

32ème LI (2 bat) : Col Branger

  • 1er bataillon : Thomas (blessé à Orthez)
  • 2ème bataillon : Capitaine Divier

43ème LI (2 bat) : Col Veller de Chef du Bois

  • 1er bataillon : Roussel
  • 2ème bataillon : Chanclu



Brigade Béchaud (tué à Orthez)


Aide de camp : Capitaine Nicol

47ème LI (1 bat) : Col  Dein (tué à Orthez
  • 1er bataillon : Bajeau
  • 2ème bataillon : Nogueres

55ème LI (1 bat) : Col Morin de Louvigné

  • 1er bataillon : Henry

58ème LI (1 bat) :  Col Tholozan

  • 1er bataillon :  Vallat (blessé à Orthez)


5ème Division

Général de Division Claude Rouget  (1)

Aide de camp : Capitaine Filhou

Chef d'état-major : Adjudant-commandant Viviand
Adjoint : Capitaine Amieth
Commandant le génie : Sluys
Sous-inspecteur aux revues : Martin Chausserouge
Adjoint aux commissaires de guerre : Nivière


Brigade Barbot   (blessé à Orthez)

4ème LE (1 bat) : Col Langeron

  • 1er bataillon : Bréard

34ème LI (1 bat) (2)

  • 1er bataillon : Jacob

40ème LI (2 bat) : Col Jaquemet

  • 1er bataillon : Clamon
  • 2ème bataillon : Sifferman

50ème LI (3) (1 bat) : Col La Caussade de Prévost Saint-Cyr

  • 1er bataillon : Lalande (blessé à Orthez)


Brigade
Rouget

27ème LI (1 bat) : Col Gaudin

  • 1er bataillon : Deniset (blessé à Orthez)

59ème LI (1 bat) : 

  • 1er bataillon : Courrol

9ème Division (4)

Général de Division Marie-Auguste Paris

Aide de camp : Capitaine Troquerau (blessé à Orthez)

Chef d'état-major : Chef d'Escadron Domenget faisant office d'adjudant-commandant  (provenant de la Division Harispe)
Adjoint : Capitaine Ricou (provenant de la Division Harispe)
Commandant le génie :
Sous-inspecteur aux revues :
Adjoint aux commissaires de guerre :



Brigade Gasquet  (adjudant-commandant)

45ème LI (1 bat)(5)

  • 1er bataillon : Guerrier

81èmeLI (1 bat)(6) : Col Terrier

  • 1er bataillon : Huart (blessé à Orthez)


Brigade Lebondidier (7)(adjudant-commandant)

10ème LI (2 bat) : Col Dubalen
  • 1er bataillon : Decos
  • 2ème bataillon : Husson

8ème napolitain(8)



Cavalerie :

21ème chasseurs à cheval (2 esc) (Brigade Berton) : Col Duchastel de Lamartinière 

  • 1er escadron : Piola
  • 2ème escadron : Leclaire ?
  • 3ème escadron : Leclaire ?

Un détachement du 21ème chasseurs était avec le général Harispe.





Légende :
LE : Infanterie LEgère
LI : Infanterie LIgne

En Gras, les colonels dont on est sûr de leur participation à la bataille d'Orthez
En Rouge, les incohérences trouvés entre les différentes sources.

Notes 
1 -  Le général Maransin a été détaché dans les Hautes-Pyrénées, dont il est originaire, afin d'y lever des troupes de volontaires désignés (Levée en masse du 8 janvier 1814).
2 - Le 34ème de Ligne (Brigade Barbot) était détaché sur Dax durant la bataille (Lettre du général Darricau du 27 février 1814 et état des pertes de Gazan -
SHAT - C8-121). Le 130ème de Ligne présent dans les états de janvier 1814 de la Brigade Rouget ne semble pas avoir pris part à cette bataille.
3 - Le 50ème de ligne est mentionné dans l'état des pertes du chef d'état-major Gazan comme appartenant à la Brigade Rouget
contrairement aux Etats de Situation du 16 janvier et 1er mars 1814.
4 - Cette division en cours de formation était anciennement numérotée 10ème Division. De plus, le 114ème de Ligne, présent dans les états de janvier 1814 de la Division Paris, ne semble pas avoir participé à la bataille. Certaines de ses compagnies faisaient partie de la garnison de Navarrenx au moment du siège de la place.
5 -  Le 45ème de Ligne a été incorporé le jour de la bataille à la Brigade Gasquet. Auparavant, il appartenait à la Brigade Béchaud.
6 - Extrait des mémoires du capitaine Desboeufs du 81ème de Ligne  
(p209) :
"Le régiment s'étant affaibli par les derniers combats, le colonel reçut l'ordre de verser les soldats du 2ème bataillon dans le Ier et d'envoyer le cadre à Marmande pour y prendre des conscrits. Ce cadre se rendit dans cette ville en dix jours; il y reçut quelques centaines de jeunes soldats et alla s'établir à Tonneins, d'où il partit vingt jours après pour Toulouse. Pendant cette route nous pûmes nous apercevoir que beaucoup de Français étaient las de la guerre; ils nous recevaient en ennemis et quelques paysans osèrent même nous insulter de loin.
Nous trouvâmes l'armée occupé à construire des redoutes sur les hauteurs situées à l'est de Toulouse, au delà du canal du Languedoc. Les officiers du Ier bataillon nous apprirent qu'à la bataille d'Orthez, où la brigade s'était distinguée, ils avaient perdu cinq officiers et une centaine d'hommes. Notre bataillon resta en ville et reprit l'instruction des conscrits."
8 - L'adjudant-commandant est inscrit comme blessé à la cuisse gauche lors de la bataille de Sarre le 10 novembre 1813. Le 1er mars 1813, il est indiqué comme retiré sur Toulouse, mais aussi comme préalablement nommé le 26 février par le général en chef au commandement de la 2ème brigade de cette division. Etait-il alors réellement à la bataille d'Orthez ?
7 -  Le 8ème Napolitain faisait partie de la garnison du fort de Jaca en 1813. Lors de la retraite du Général Paris de Saragosse, dont il était gouverneur, puis de Jaca, ce régiment suivit ce général en France (automne 1813). 
Selon le capitaine Desboeufs du 81ème de Ligne, les Napolitains furent désarmés à Navarrenx début février :
"Au commencement de février, le général Harispe vint nous remplacer avec sa division composée de jeunes soldats. Nous allâmes coucher le même jour à Saint-Palais, et le lendemain à Navarrenx, où les Napolitains furent désarmés et retenus prisonniers, ce qui les surpris beaucoup car ils ignoraient la défection de Murat. Les gendarmes nous avaient quitté à Helette, de sorte que nous ne formions qu'une brigade, quoique commandés par un général de division. De Navarrenx nous retournâmes à Saint-Palais (14 février), et prîmes position au midi de la ville."
Le Maréchal Soult dans sa lettre du 22 février 1814 sur la capitulation de Jaca signée le 17 février au Ministre de la Guerre (SHAT - C8-121) indique, quant à lui, son intention de faire diriger ce régiment vers Toulouse :
"En attendant, je vais donner ordre que ce qui appartient à l'Etat-major, aux canonniers français et Italiens, et au 8e Napolitains soit dirigé sur Toulouse, où votre Excellence en disposera.
Les hussards du 12e régiment seront envoyés aussi à Toulouse pour joindre le grand dépôt du corps.
Le 14e escadron de Gendarmerie à Montauban, aux ordres du Gal Mignotte.
Ce qui appartient à l'ancien 2e baton de Chasseurs de montagne, qui a été incorporé dans le 28e régt d'infanterie légère, à Bordeaux, en garnison, jusqu'à échange, ensuite ce détachement rentrera à son corps.
Le détachement du 10
e de ligne, à Agent, pour y recevoir les 600 conscrits destinés au régiment, et s'occuper de leur instruction.
Ce qui appartient au 81e de ligne, à Marmande, pour y recevoir également les 600 conscrits destinés au régiment et s'occuper de leur instruction."
Le général Gazan  mentionne des pertes pour ce régiment lors de la bataille d'Orthez.
L'état du 1er mars 1814 mentionne que ce régiment a été désarmé le 28 février au lendemain de la bataille.